Ah la mue, période diabolique, durant laquelle ton cheval, chien, chat, perd ses poils et les déposes, ni vu et presque ni connu sur tous tes vêtements – si seulement !

C’est aussi une période fastidieuse, pendant laquelle la séance de brossage, se transforme en ramassage de poils…

Toi aussi tu as déjà songé à les récupérer pour en faire des pulls ou des coussins ? Tu n’es pas seul …

Plus sérieusement, il est intéressant de comprendre ce que cela représente pour nos animaux et pour enrichir notre culture “animalistique”!

Définition : la mue

“Renouvellement partiel ou total de la peau, des poils ou des plumes d’un animal sous l’influence de la croissance, de l’âge et des conditions du milieu.” Larousse

Pourquoi les animaux à poils muent ?

Pour nos animaux à poils, la mue est une période transitoire liés aux changements de saisons pour s’adapter aux conditions climatiques. Leurs pelages est un moyen de thermorégulation du corps, c’est pourquoi les poils ne sont pas les mêmes pour l’hiver ou pour l’été.

Le poil d’hiver est plus épais et plus long, pour isoler le corps et pour un effet de “gouttière” pour la pluie. Ainsi l’eau ruisselle sur le corps dans toucher la peau et le sous poils. Le sous poils est comme du duvet pour tenir chaud. Il y en a beaucoup en hiver.

En été le poil est court et lisse,  pour sécher rapidement et ne pas retenir la chaleur. Il y a beaucoup moins de sous-poils ce qui permet une meilleur ventilation de l’air dans les poils.

A partir de quand débute la mue du cheval et pour combien de temps ?

Il y a plusieurs paramètres à prendre en compte pour répondre à cette question.

On parle souvent de la mue lors du printemps, quand les animaux perdent leurs poils, parce que c’est là où c’est le plus impressionnant. Mais la mue c’est aussi une production de poils que se soit pour l’hiver ou pour l’été.

La mue, que ce soit pour le cheval, le chien, le chat, ou tout autre animal à poils qui mue, est déclenchée par le changement de la durée d’ensoleillement et non pas par le changements des températures. C’est pourquoi la mue a déjà commencé avant même que l’on ne s’en aperçoit.

Bien sûr la mue n’est pas la même entre un cheval qui vit dehors toute l’année dans un pays froid, et un cheval qui vit plutôt dans un pays chaud. La production de poils n’est pas la même. Il s’adapte en fonction de ses besoins.

De plus, la race et l’âge des chevaux sont aussi d’autres paramètres. Les races les plus rustiques, ressembleront à des vrais nounours par exemple. En vieillissant, les chevaux ont tendances à mettre plus de poils pour se protéger.

Si vous avez déjà entendu parlé de la maladie de Cushing, une mue difficile en est souvent le symptôme.

La maladie de cushing qui peut toucher les chevaux

Voici comment la décrit ChevalQuebecMag,

“Quoique toute forme de maladie occasionne un stress pour le système
immunitaire, créant alors un fardeau pour l’organisme et pouvant nuire à la
mue, la maladie de Cushing se caractérise souvent par une mauvaise qualité
du poil et une mue difficile.

Plus la maladie de Cushing progresse, plus la mue
est affectée. La maladie est d’ailleurs souvent seulement diagnostiquée à un
stade plus avancé, lorsque le cheval présente des symptômes de mue tardive
ou cesse de muer complètement, conservant un pelage long et miteux à
longueur d’année.

La maladie est d’ailleurs causée par une dégénération des nerfs de
l’hypothalamus, perturbant la sécrétion d’hormones et créant un dérèglement
hormonal. Nous pouvons alors comprendre à quel point l’équilibre hormonal
est important, ainsi que son influence sur la qualité du poil et sur la mue.”

source sur chevalquebecmag.com

Donc finalement la période de mue peut être très variable d’un cheval à l’autre, et d’un lieu à l’autre.
De manière général, on va dire que nous commençons à ramasser des poils du mois de février jusqu’au mois de mai. pour passer de l’hiver à l’été.
A partir du mois de septembre, nous commençons à nous rendre compte que le poil change aussi déjà pour préparer l’hiver.

Il n’est pas rare que la mue n’est pas du tout homogène, La chute des poils va commencer par l’encolure et se terminera par les flancs et le ventre. Et oui souvent au printemps les nuits sont encore fraîches. Une couche de poils isolante reste souvent au niveau du ventre pour protéger les viscères ! Pratique !

Comment aider les animaux pendant la mue?

La mue est un phénomène incroyable qui demande beaucoup d’énergie à nos animaux. C’est une performance pour l’organisme. Il faut les produire tous ces nouveaux poils !

Prenez particulièrement soin de l’alimentation de votre cheval pendant la mue

Veillez à ce que votre cheval a un apport nutritionnel adapté, en foin, aliment, mais aussi en minéraux.
Les besoins en protéines (les poils sont constitués de 95 % de protéines), en calories, ainsi qu’en vitamines, minéraux et oligo-éléments sont plus élevés lors de cette transition.
Si les besoins ne sont pas comblés, la mue sera plus difficile, puisant dans les réserves d’énergie du cheval, s’étalant sur une période plus longue ou provoquant un état plus léthargique ou une baisse de performance.

Une période qui demande un brossage régulier de votre cheval ou de votre animal

Lors de la mue, en général vos animaux ne disent pas non à une bonne séance de brossage intensif. Et oui ! Nous pouvons les aider à retirer tous ces poils. De plus, souvent c’est une période durant laquelle les démangeaisons apparaissent. En effectuant un brossage régulier nous pouvons surveiller l’état de la peau ainsi que des poils.
Un bon brossage favorise la circulation sanguine, ce qui va aider la peau et les poils à se régénérer.

Les brosses Equigroomer sont spécialement adaptée pour la mue. Elles retirent les poils morts sans arracher, donc sans blesser l’épiderme. Très appréciées des chevaux sensibles (des chiens et chats également), des plus poilus aux moins poilus. Les brosses Equigroomer vous permettront de retirer les poils facilement et manière beaucoup plus efficace qu’avec une brosse traditionnelle.

Le cas des chevaux tondus et couverts

Selon l’activité du cheval, il est souvent nécessaire de le tondre, pour limiter la transpiration, si le cheval continue un entraînement régulier et intensif. Cela nous demande d’être plus attentif à sa température corporelle. Ni trop chaud, ni trop froid. Un cheval tondu doit être couvert. Cependant il faut y aller progressivement, la mue sera quand même là, et comme dis plus haut c’est une période transitoire difficile pour l’organisme du cheval. 

“Si nous enlevons les poils qui permettent à notre cheval de se protéger, c’est à nous de faire en sorte qu’il se porte bien.”

Aurélie Spettel, Equiwiki

En tous les cas, le faite de tondre et couvrir les chevaux est un grand débat, puisque nous interférons avec la nature. C’est un autre sujet.

Selon le lieu, l’activité que nous faisons avec notre cheval, la sensibilité de notre cheval, c’est à nous d’organiser et d’aménager l’environnement pour répondre aux besoins de notre cheval. Un cheval qui continuera d’aller dehors l’hiver, mais qui n’a pas d’abris pour se protéger pourra être couvert. Une couverture étanche même sur un cheval qui n’est pas tondu est tout à fait justifiée pour venir le protéger du vent et de pluie.

Puisque sans moyen de s’abriter, le vent soulève les poils et l’humidité se glisse dans le pelage, et ça le cheval déteste !

Tondre les poils d’hiver pour accélérer la mue du cheval au printemps ? non bof …

Posez-vous plutôt la question : pourquoi mon cheval ne perd-t-il pas encore tous ces poils?

Même si les températures deviennent agréables la journée, elles restent fraîches la nuit. Le sol continue de diffuser le l’air froid et continue de geler.

Il faut y aller progressivement.

Bien sûr si votre cheval a des soucis de santé, tel que le cushing et qu’au mois de juin il a encore beaucoup de poils, tondre peut être une solution pour qu’il n’est pas trop chaud. Mais dans ce cas de cette maladie bien particulière, n’oubliez pas de vous faire conseiller par un vétérinaire.

Restez à l’écoute des besoins de votre cheval, analyser la situation et l’environnement dans lequel il évolue. Vous trouverez les solutions pour que votre cheval se porte bien. 

Souvent le mieux, c’est d’en faire le moins possible, mais d’être là pour lui quand il en a besoin ! 

Surveillez votre cheval pendant cette phase transitoire de la mue, brosser-le ! mettez lui à dispo des pierres à sel et des oligo-éléments. Si votre cheval est de nature sensible, compléter sa ration avec les minéraux dont il aura besoin pour passer à travers ce changement de saison.

Finalement, chaque cheval est différent, soyons à l’écoute et surtout en cas de doute pour sa santé ou son état, faites-vous conseiller par des professionnels.